Expo « La mode en France, 1947-1957  » , Palais Galliera

Musée Galliera

Un séjour à Paris a été pour moi l’occasion de belles découvertes !

Tome 2 :

L’exposition « La mode en France, 1947-1957 », au Musée de la mode de la ville de Paris, le Palais Galliera.

L’exposition a lieu dans de grandes salles aux plafonds magnifiquement décorés et hauts !

Un décor très beau pour la présentation d’une multitude de vêtements pour femme, des robes essentiellement, mais aussi des dessous, des accessoires… de créateurs ayant marqué cette époque.

Christian Dior, qui a marqué le début de la période avec sa première collection en 1947,

Jacques Fath, avec ses modèles de mode légère, joyeuse, aux volumes asymétriques,

Cristòbal Balenciaga, avec ses célèbres volumes architecturés, le « raffinement français et l’ardeur espagnol »,

Mademoiselle Chanel, si décriée dans un premier temps et tellement incontournable dans l’histoire de la mode féminine aujourd’hui,

et beaucoup d’autres.

La mode féminine dans les années 50 c’est une taille appuyée, des hanches épanouies, l’amplitude de la jupe et le buste emboîté.

C’est ce qui est proposé par la présentation de robes du soir, des robes de cocktail… dans des matières aussi magnifiques que précieuses et assez rares dans nos gardes-robes d’aujourd’hui : taffetas et mousseline de soie, coton piqué, drap de laine… De belles matières, un travail précis et minutieux, des broderies incroyables, à découvrir sans vitre entre nous et les modèles, un grand plaisir !

L’exposition est aussi l’occasion de faire un point historique et de se rappeler que les années 50 sont les dernières où les femmes et les hommes allaient s’habiller dans des maisons de couture, lorsqu’ils en avaient les moyens. Et si ce n’était pas le cas, chaque femme était une couturière habile à reproduire les modèles qu’elle aimait via des patrons diffusés dans des journaux spécialisés.

Après les années 50, le prêt-à-porter se développe, c’est la démocratisation de la mode et de l’habillement, la fin des maisons de couture.

Puis quelques décennies plus tard, l’arrêt de l’enseignement de la couture à l’école. Le savoir-faire qui évolue, change de mains, s’industrialise, se délocalise.

Ce dernier point, ainsi que la présentation des dessous au cours de cette exposition, me rappellent le sujet de l’exposition présentée depuis plusieurs mois au musée Dauphinois de Grenoble « Les dessous de l’Isère. »

Une exposition à ne vraiment pas rater non plus, prolongée jusqu’au 22 septembre ! Vite vite vite !! Ça vaut le détour !

http://www.musee-dauphinois.fr/2752-l-exposition.htm

Pour finir et revenir au Palais Galliera, je pense que l’exposition « La mode en France, 1947-1957 » mérite d’être vue pour la multitude et la richesse des modèles présentés, les explications très accessibles.

Cependant, personnellement, j’aurai préféré découvrir les différentes pièces selon leur créateur, pour plonger dans l’univers de chacun d’entre eux, plutôt que par type de vêtement.

C’est sûrement l’expo du musée des Arts Décoratifs sur Dries Van Noten qui m’influence dans ce sens…

Exposition à découvrir jusqu’au 2 novembre,

plus d’infos sur :

http://www.palaisgalliera.paris.fr/fr/expositions/les-annees-50

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *